Newsletter Lib’Express éditée par l’AraPL Grand Sud
Directeur de la publication : Xavier Pélicot, Président de l’AraPL Grand Sud

N° 40
Octobre
2018
 
Professions ....................................................................................

• AGRICULTURE - Plus d'apprentis
En enseignement agricole, le nombre d’apprentis a augmenté de 3%. Il s’élève en cette rentrée scolaire à 34.207 dont 10.531 dans l’enseignement supérieur. L’apprentissage dans l’enseignement agricole représente 8% des effectifs nationaux d’apprentis. Dans l’enseignement supérieur, les apprentis représentaient en 2017 14% des effectifs en cycle diplômant d’ingénieurs ou de paysagistes. On dénombre globalement à la rentrée 2018 un total de 37.376 étudiants dans les écoles agronomiques, vétérinaires et du paysage.


• BÂTIMENT - Carte obligatoire
Depuis un an, la carte d’identification professionnelle du BTP est devenue obligatoire pour tous les salariés intervenant sur des chantiers du bâtiment ou de travaux publics. Cette mesure découle de la loi du 6 août 2015 destinée à lutter contre le travail illégal et la concurrence déloyale au niveau social. Tous les employeurs sont concernés. L’employeur doit donc demander une carte pour chacun de ses salariés, sous peine d’amende pouvant s’élever à 2000 € par salarié et 4000 € en cas de récidive. Pour obtenir la carte il faut aller sur le site cartebtp.fr afin d’y effectuer la déclaration en joignant une photo.


• KINESITHERAPEUTES - Une démographie en forte expansion
D’après un récent rapport le nombre de masseurs-kinésithérapeutes devrait augmenter de 57% à l’horizon 2040 pour atteindre 133.000 praticiens. Cette forte croissance résulterait du maintien des quotas d’entrée en institut de formation de masso-kinésithérapie, fortement relevés depuis 2005, ainsi que du nombre grandissant de professionnels diplômés à l’étranger. Il s’agit en particulier de Français qui choisissent de se former hors de France afin de contourner les quotas et de diminuer les coûts de formation.


• OPHTALMOLOGUES - Progression de la délégation de tâches
De plus en plus d’ophtalmologistes travaillent avec des orthoptistes via une délégation de tâches. Cette formule permet de réduire les délais d’attente tout en garantissant aux patients un parcours de soins sécurisé. Une enquête réalisée auprès des adhérents du Syndicat national des ophtalmologistes de France indique que 60% de ces praticiens font appel au travail aidé, essentiellement avec des orthoptistes. Les délais d’attente se sont ainsi stabilisés à 87 jours et le nombre de patients a augmenté de 26%.


• SANTE - Deux milliards d’économie en 2019
La Caisse nationale d’assurance maladie vient de publier son rapport détaillant les mesures pour atteindre deux milliards d’euros d’économie. Ces mesures portent notamment sur la maîtrise de la prescription des actes, les médicaments de spécialité, le transport des patients, les indemnités journalières, les prescriptions de biologie, les soins paramédicaux…