Newsletter Lib’Express éditée par l’AraPL Grand Sud
Directeur de la publication : Xavier Pélicot, Président de l’AraPL Grand Sud

N° 40
Octobre
2018
 
Médecins ........................................................................................
Les bienfaits du compagnonnage

Nouveau président du Conseil départemental de l’Ordre des médecins de la Haute-Garonne, le Pr Stéphane Oustric estime que l’accompagnement des jeunes médecins est l’une des clés pour assurer un renouvellement efficace et équilibré des praticiens sur l’ensemble du territoire.
Elu depuis plus de vingt ans dans les instances ordinales de sa profession, le Pr Stéphane Oustric vient d’accéder à la présidence du Conseil de l’Ordre des médecins de la Haute-Garonne. De 2007 à 2009, il avait été président de l’Ordre régional de Midi-Pyrénées.

Le Pr Oustric tient à souligner la complémentarité des fonctions : « Au niveau départemental, dit-il, c’est la proximité. On peut réagir rapidement. Au plan régional, c’est l’organisation et au plan national l’Ordre agit sur délégation de l’Etat pour assurer aux médecins la place qu’ils doivent avoir dans la société et dans la République. »

Installé généraliste à Toulouse depuis vingt-cinq ans, Stéphane Oustric a créé récemment, près de la caserne Pérignon, aux confins des quartiers Côte Pavée et Guilheméry, la première « Maison de Santé pluri-professionnelle universitaire ». Cette structure bénéficie d’un label donné par décret. Ce label distingue les maisons de santé où exercent des médecins enseignant à l’université et des chefs de clinique. Ils peuvent ainsi être maîtres de stage, assurer le compagnonnage de jeunes médecins et d’autres professionnels de santé et également faire de la recherche.


• LA DYNAMIQUE UNIVERSITAIRE
Pour sa part, le Pr Stéphane Oustric enseigne la médecine générale à la faculté et coordonne avec le Pr Michel Amouyal de la faculté de Montpellier-Nîmes le réseau de 970 médecins généralistes qui sont maîtres de stage en Occitanie.

« Grâce à la dynamique universitaire, explique Stéphane Oustric, il s’est créé un lien fort entre les facultés et l’Ordre. C’est important pour répondre à l’enjeu constitué par l’installation de futurs médecins sur les territoires de l’Occitanie. »

Cette question, associée en général à la notion de désert médical, est fondamentale et préoccupante aux yeux des élus notamment. Fort de son expérience, Stéphane Oustric livre une analyse très concrète de la situation.

« La Maison de Santé, ajoute-t-il, est une réponse. Mais ce n’est pas la seule. Ce qui importe avant tout, c’est le regroupement. Les médecins isolés, cela ne marche plus. Lorsqu’ils partent à la retraite, ils ne trouvent pas de remplaçant. Ce que les jeunes veulent aujourd’hui, c’est aller

 
Pr Stéphane Oustric
Stéphane Oustric

dans une structure qui garantit une qualité de vie normale au plan professionnel comme au niveau personnel. »

Face à la profonde réforme de la santé que met en oeuvre le gouvernement, le Pr Oustric relève qu’il y a maintenant, grâce à sa consoeur Agnès Buzyn, un ministère de la santé qui « tient un discours responsable et respectueux vis-à-vis des médecins ». Un discours qui s’appuie sur une bonne compréhension de la problématique médicale.


• LA DEMOGRAPHIE MEDICALE
Stéphane Oustric a cependant une idée bien précise sur la démographie médicale et ses conséquences : « On ne galvaude pas, souligne-t-il, le diplôme de médecin, d’autant plus que nous avons en France un très haut niveau de formation. Si l’on organise bien l’affectation des 37.000 généralistes qui seront formés dans les dix ans à venir, on n’aura plus de problème. A condition, comme je l’ai dit, qu’ils aillent dans les endroits où l’on a envie de vivre. »

Le Pr Oustric met en avant un paradoxe : il constate que les gros problèmes se concentrent dans les deux métropoles. Il estime que les seuls déserts médicaux en Occitanie sont à Toulouse et à Montpellier !

Stéphane Oustric souligne par ailleurs le lien entre médecins, territoires et vie pratique qui est pris en compte dans la formation universitaire. L’organisation de l’offre de soins sur le territoire est abordée à la faculté, de même que les conditions et les choix relatifs à la préparation de l’exercice libéral et à l’installation. L’AraPL Grand Sud est associée aux formations traitant de ces derniers points.


Départemental et régional
----------------------------------------------

Au niveau départemental, l’Ordre des médecins a une fonction majeure de soutien et de proximité. Il gère le tableau d’inscription des médecins à l’Ordre, qu’ils soient salariés, fonctionnaires hospitaliers ou libéraux. Il lui appartient aussi d’examiner et de contrôler les contrats conclus par les médecins (délivrance des autorisations de remplacement, organisation de la permanence des soins). Le conseil départemental est amené également à gérer les contentieux, doléances, griefs et plaintes émanant des médecins, des usagers ou des différentes structures concernées.   Le Conseil régional de l’Ordre des médecins est l’interlocuteur des instances régionales du système de santé, notamment de l’Agence régionale de santé (ARS).
Il a par ailleurs un rôle disciplinaire. Sous la présidence d’un magistrat administratif, des médecins siégeant en assesseurs étudient sur le fond les plaintes soumises à leur appréciation.