Newsletter Lib’Express éditée par l’AraPL Grand Sud
Directeur de la publication : Xavier Pélicot, Président de l’AraPL Grand Sud

N° 36
Février
2018
 
Découverte ......................................................................................
Un Toulousain en Chine

Guy Lahournère était expert-comptable à Toulouse. Il a fait le choix de s’expatrier dans l’Empire du Milieu où il exerce une activité de consulting. Il évoque son nouvel environnement quotidien.

Exercer le métier d’expert-comptable à Toulouse et devenir consultant international à Pékin, c’est l’itinéraire original de Guy Lahournère. Il réside en Chine depuis une dizaine d’années, séduit par la formidable croissance de l’Empire du Milieu dont les potentialités paraissent encore aujourd’hui illimitées, malgré quatre décennies d’une progression économique fulgurante, unique dans l’histoire.

« J’étais allé en Chine comme touriste il y a une vingtaine d’années, relate Guy Lahournère, et j’avais été ébloui par le niveau culturel du pays. Lorsque je suis revenu en 2006 dans le cadre d’un voyage d’études, j’ai été conforté dans cette vision, complétée par le constat du dynamisme économique et de l’efficacité de l’organisation. »

C’est ainsi que Guy Lahournère a construit son nouveau projet professionnel en matière de consulting, avec l’objectif d’amener des entreprises françaises en Chine et de faire venir des sociétés chinoises en France. A la base, il possédait une connaissance du monde aéronautique qui s’est étendue au secteur de l’énergie, avec à la clé un premier gros projet lié à l’immobilier dans la capitale chinoise. Ses contacts l’ont amené ensuite à mettre l’accent sur deux autres secteurs également très porteurs : le rail et les infrastructures d’une part, le médical d’autre part.

Pour Guy Lahournère « la Chine offre aujourd’hui au monde un contre-pouvoir nécessaire par rapport aux USA ». Et il estime que « la Chine n’est pas animée par un esprit guerrier, mais par une ambition économique indéniable ». Il cite à ce propos l’exemple de la « Route de la soie », ce grand projet d’infrastructures et d’échanges qui doit relier l’Empire du Milieu à l’Europe occidentale et au bassin méditerranéen.

  Guy Lahournère pense que l’Europe doit s’affirmer entre les deux superpuissances mondiales et que la France doit se donner les moyens d’engager une coopération équilibrée avec la Chine : « Notre pays, souligne-t-il, a beaucoup d’atouts à faire valoir, son expertise, son savoir-faire, sa haute technologie, mais pas à sens unique. »

Revenant sur l’aspect culturel, il indique, ce que l’on sait peu, que l’Empire du Milieu est le pays au monde qui actuellement construit le plus de salles de concert et qui investit fortement sur la valorisation de son immense patrimoine.
Guy Lahournère
Cette insistance sur le domaine culturel fait partie de l’ambition de Guy Lahournère de contribuer à présenter et valoriser la réalité chinoise. Le pays est, par exemple, plus simple à vivre au quotidien, car « il ne connait pas la lourdeur administrative, au plan professionnel comme au niveau personnel ». Il souligne également qu’une lutte de grande ampleur contre la pollution a été engagée. Une amélioration très nette est déjà perceptible à Pékin, ville qui est devenue le royaume de la voiture électrique.

Quant à l’environnement humain en Chine, il est marqué par une vie extérieure importante : quel que soit leur niveau social, les Chinois vivent dehors. Cette société étant fortement patriarcale, les hommes sortent entre eux et les femmes chinoises, très libres, sortent aussi entre elles !